Articles

Afin de renforcer la sécurité dans les lieux publics et privés, IDEMIA, le leader mondial de l’Identité Augmentée lance son application d’analyse vidéo.

Grâce à Augmented Vision, les agents de sécurité vont pouvoir identifier les personnes suspectes en temps réel et accélérer les enquêtes dès la survenue d’un événement. Les axes de correspondance comme les aéroports ou les gares, les stades et enceintes sportives, les magasins et centres commerciaux, ainsi que les lieux de spectacles et de loisirs, pourront renforcer leur sécurité grâce à cette nouvelle technologie.

Augmented Vision a de nombreux atouts :

  • Fonctionnement en direct et en temps réel, rapide et précis,
  • Multiples algorithmes d’analyse vidéo en une seule offre : visage, silhouette, véhicules, plaques d’immatriculation, objets,
  • Technologie de reconnaissance faciale ultra précise en temps réel testée par NIST (FIVE 2017).

Il peut également être intégré dans une solution de gestion vidéo ou un système de contrôle d’accès :

  • Analytique vidéo: en déclenchant une alerte dès qu’une personne suspecte est détectée, et ce grâce aux flux vidéo en direct de caméras de surveillance classiques situées dans des lieux publics ou privés, IDEMIA contribue à un renforcement de la sécurité.

Les délais d’analyse vidéo et d’image lors des enquêtes menées suite à un événement sont donc également réduits grâce aux alertes.

  • Contrôle d’accès: le système de sécurité peut refuser automatiquement l’accès dès qu’une personne suspecte tente de pénétrer dans une zone non autorisée. L’identification d’un groupe de personnes peut aussi permettre d’autoriser l’accès de certains salariés ou VIP à des zones protégées.

Cette application s’appuie sur l’expérience d’IDEMIA, notamment en biométrie avec la technologie de reconnaissance faciale permettant ainsi d’obtenir plus de précision et d’efficacité  au service de l’analyse de vidéo et d’image.

« Augmented Vision met à profit l’ensemble des technologies les plus récentes d’IDEMIA pour proposer une solution complète et précise valorisant notre leadership en matière de capture, d’analyse biométrique, et d’analyse de données vidéo en temps réel. Grâce à cette nouvelle application analytique, IDEMIA renforce la sécurité, augmente les cadences et améliore l’expérience utilisateur.»
Philippe Barreau, vice-président exécutif d’IDEMIA en charge de la business unit Public Security & Identity.

« Avec Augmented Vision, nous permettons à nos partenaires de capitaliser sur leurs infrastructures existantes de vidéosurveillance avec contrôle d’accès biométrique. Cette solution préfigure de futures innovations fondées sur la reconnaissance faciale pour les applications de contrôle d’accès et de gestion de présence.» Yves Portalier, vice-président exécutif en charge des activités liées aux objets connectés chez IDEMIA

https://www.idemia.com/fr/communique-de-presse/idemia-lance-augmented-vision-son-application-danalyse-video-de-nouvelle-generation-au-salon-ifsec-international-2019-06-18

De plus en plus de banques investissent dans des techniques d’identification de pointe, telles que la technologie biométrique, dans le but de mieux protéger les utilisateurs contre les transactions frauduleuses.

Les banques, y compris HSBC, ont été amenées à adopter des régimes réglementaires plus strictes pour l’identification des clients, tels que l’utilisation de la biométrie comme exigence d’identification, car les développements technologiques ont poussé davantage de cybercriminels à se faire passer pour des clients. Des attentes plus élevées, y compris des règles sur le «connaître son client» et des règlements contre le blanchiment d’argent, ont été mis en place pour les institutions financières, alors que beaucoup augmentent leurs investissements dans la technologie et la conformité aux règlements.

Ces attentes sont de plus en plus difficiles à mettre en œuvre avec les nouvelles mesures du RGPD qui approchent à grands pas.

Les banques doivent désormais réévaluer la façon dont elles collectent les données pour identifier les transactions frauduleuses, telles que l’utilisation de la biométrie comme confirmation de l’octroi de données à partager. Traditionnellement, les banques seraient en mesure de saisir des données provenant de différentes zones afin d’identifier si le client a en réalité effectué la transaction lui-même.

Depuis lors, les technologies biométriques ont été considérées comme un moyen intégral d’identifier les individus avec précision, sans que les clients aient à entrer en magasin pour s’identifier.

Cette technologie permet aux clients et aux banques d’effectuer plus facilement les procédures de fraude d’identité. «Les progrès technologiques permettront au processus de « connaître votre client », de devenir plus standardisé et structuré. L’automatisation intelligente, l’intelligence artificielle et l’apprentissage automatique peuvent désormais tous être appliqués au processus », a déclaré Derek Ryan, un partenaire dans la pratique médico-légale de Deloitte, selon le FT.

Les développements technologiques ont conduit à déployer des logiciels d’identification pour de nombreuses banques, c’est le cas avec la protection biométrique. L’utilisation des empreintes digitales, ou même de la reconnaissance faciale ont été inclus dans de nombreuses applications bancaires aujourd’hui pour mieux protéger les utilisateurs et aider les banques à identifier les transactions frauduleuses.

De plus, l’utilisation de technologies telle que la blockchain peut également avoir un impact positif sur l’identification des clients. Le blockchain Ethos étant une plate-forme de transaction ouverte, qui affiche explicitement les propriétaires de fonds et de transactions, peut également s’avérer un avantage pour les banques d’identifier plus facilement les transactions frauduleuses.

D’autres éléments de la technologie entrant lentement dans le secteur bancaire comprennent l’utilisation de ChatBots, qui aidera à identifier et à fournir des services aux clients éloignés de la banque elle-même. Les ChatBots disposeront d’une vaste bibliothèque de données, qui aideront à identifier des clients beaucoup plus rapidement qu’un employé pourrait le faire et ainsi d’atteindre plus vite la racine du problème.

Selon une enquête, l’utilisation de la biométrie a été favorisée par les consommateurs sur l’utilisation des mots de passe, par conséquent les banques sont plus susceptibles de gagner la confiance des clients utilisant la technologie. L’utilisation de la biométrie est donc bénéfique tant pour le client que pour l’organisation, car elle facilite l’exécution de l’identification et des transactions, ainsi et représente une technique fiable pour les deux.

Déjà présent en Inde par le biais du projet Aadhaar qu’ils ont entrepris avec le gouvernement Indien, OT Morpho, leader mondial sur le marché des technologies d’identification et de sécurité, s’est associé à Kushi Bay Inc., association Américaine à but non lucratif pour les accompagner dans le domaine de la santé.

L’objectif de cette collaboration est d’apporter une aide dans la surveillance des femmes enceintes et des nouveau-nés dans des zones reculées de l’Inde sur près de 300 villages. Pour mener à bien ce projet, qui est une première mondiale, OT Morpho a fourni une plateforme numérique biométrique et mobile avec le soutien de Kushi Baby Inc mais également avec l’appui de la District Health Society d’Udaipur au Rajasthan.

Matériellement, femmes enceintes et bébés porte un collier contenant leur bilan de santé qui permet ensuite aux agents de santé via une application mobile d’accéder aux contenus de ce collier. La présence de la technologie NFC permet de faire la mise à jour du dossier médical et de prendre connaissance des informations n’importe où.

Après avoir procédé à leurs consultations, les professionnels de santé synchronisent les données récoltées avec un tableau de bord pour ensuite les analyser, surveiller l’évolution des grossesses, et s’assurer qu’il n’y aie pas de manque concernant l’approvisionnement ou le traitement des enfants.

OT Morpho, pour rappel spécialiste en biométrie, a fourni en nombre sa tablette biométrique sécurisée, la MorphoTablet, qui confère à la plate-forme Khushi Baby un niveau de sécurité très élevé pour la protection des informations personnelles. Cette tablette combine les technologies NFC et biométriques qui permettent d’authentifier le patient même en l’absence de réseau.

Le projet a été mis en place il y a maintenant deux mois, et on compte déjà 3000 personnes inscrites, et plus de 20000 vaccinations infantiles.

De par son savoir faire et ses technologies de pointe, la compagnie Safran Identity & Security (Morpho) est reconnue dans le monde entier, preuve en est, sa place de leader sur le marché de la sécurité biométrique. Sa présence en Inde pour le projet Aadhaar pour le plus grand programme d’identité numérique au monde basé sur la biométrie, ou encore son aide dans la lutte contre la criminalité en collaboration avec le FBI aux Etats-Unis, autant de projets qui font de Safran aujourd’hui un incontournable dans le domaine de l’identification.

De ce fait, de nombreux acteurs font confiance à Safran et plus particulièrement à sa branche sécurité. C’est notamment le cas au Mexique où un contrat courant sur cinq années vient d’être signé avec l’Institut Nationale Electoral du Mexique pour son système d’identification multi-biométrique. Il faut d’ailleurs noter que ce dernier est l’un des plus vastes au monde. L’objectif principal de cette collaboration est de mettre en conformité et de tenir à jour le registre électoral national pour obtenir des élections fiables.

Pour être un peu plus précis, ce système assure la garantie que chaque électeur dispose d’une identité unique en utilisant deux types de biométrie : la reconnaissance par empreintes digitales et la reconnaissance faciale. Cette nouvelle alliance a été souhaitée par l’INE pour moderniser ce système, présent déjà depuis 2005. Ainsi, Safran Identity & Security s’engage à fournir les toutes dernières technologies biométriques qui permettront de traiter jusqu’à 10 empreintes par personne contre seulement 2 dans le passé, d’enregistrer 113 millions de captures d’empreintes et de visages. Cette solution sera mise en place pour un traitement de 120 000 opérations par jour.

La gestion des élections se révèle être un point important et stratégique pour les pays. Par conséquent, ils se doivent de garantir aux électeurs un niveau de fiabilité élevé avec un système répondant à des conditions sérieuses. Sur ces points, Safran se détache de ces concurrents.

Pour payer ? une carte de crédit. Pour voyager ? un passeport ou une carte d’identité. Pour conduire ? un permis. Et si tous ces documents pouvaient être remplacés par un seul? celui que tout le monde ou presque possède sur lui, le Smartphone ? On est en droit de se poser cette question aux vues des évolutions majeures de notre société, notamment d’un point de vue des paiements en magasin, ou en ligne.

Centraliser tout ce mécanisme d’identification apparaît comme une évidence et permettrait d’éviter l’accumulation de documentations et le risque de perte associé. Cela est potentiellement réalisable grâce à la technologie de la biométrie présente aujourd’hui sur quasiment tous les Smartphones du marché, permettant ainsi une authentification de son utilisateur à l’aide la reconnaissance digitale pour la plupart. A l’heure actuelle, ce ne sont pas moins de 220 modèles de Smartphones qui en sont équipés. Ce nombre tend à augmenter et il est prévu qu’en 2018 la totalité des téléphones en serait équipée et qu’en 2020 les téléphones standards seront obsolètes.

La mise en place de capteurs biométriques sur les téléphones, tels que l’iPhone ou le Samsung Galaxy S, permet d’authentifier son utilisateur, de lutter contre les fraudes, de simplifier les paiements physiques et en ligne. Le système de paiement Apple Pay aux Etats-Unis a remporté un succès considérable. Cela explique que les américains, le Royaume-Uni et l’Australie s’intéressent actuellement aux permis de conduire numériques.

Dans le futur, la biométrie va devenir un standard pour tout ce qui concerne les paiements, l’utilisation de supports physiques telles que les cartes de débit ou de crédit sera moins pratique et donc moins acceptée par les acheteurs.