Articles

L’aéroport de Gatwick de Londres en partenariat avec la compagnie aérienne EasyJet teste la biométrie.

En partenariat avec EasyJet, l’aéroport de Gatwick de Londres a lancé une phase de test sur des portes d’embarquement biométriques.

Tout comme Dubaï, Mexico ou encore Helsinki, c’est au tour de l’aéroport de Londres de tester les systèmes d’identification biométriques.

L’installation de portes d’embarquement biométriques automatisées (gates) permettra de récupérer les données collectées par le système de dépôt de bagages en libre-service. Elles permettront également l’identification plus efficace et plus rapide des voyageurs et donc de simplifier l’embarquement et diminuer les files d’attente.

Les performances de cette nouvelle technologie seront étudiées pendant une durée minimum de trois mois.

Ce processus permettra également d’améliorer les temps de départ des avions ainsi que la gestion des flux de passagers étant de plus en plus importants. Le chef de l’exploitation de l’aéroport de Londres-Gatwick, Chris Woodroofe, a déclaré être fier de « fournir des solutions innovantes pour améliorer l’expérience des passagers à chaque point de contact. Avec le taux de croissance que nous avons connu, il est essentiel de trouver des moyens plus efficaces de traitement des passagers à travers l’aéroport en toute sécurité. La technologie d’embarquement est la prochaine pièce évidente dans le puzzle, et fait suite à un investissement important dans nos zones d’enregistrement automatisé et de traitement de sécurité ».

Gatwick devrait recueillir suffisamment d’éléments pour permettre d’adapter cette nouvelle technologie aux besoins de l’aéroport.

La biométrie est une technologie de plus en plus utilisée dans tous types de secteurs pour vérifier l’identité et améliorer l’expérience des utilisateurs. Le leader mondial Idemia (Ex Safran Morpho) est d’ailleurs présent déjà dans plusieurs aéroports avec le système Iris At a Distance notamment. C’est le cas notamment de l’aéroport de Changi à Singapour dont le nouveau terminal 4 est équipé de SAS MorphoWay, résultat d’une combinaison entre des capteurs à reconnaissance faciale, de l’iris et d’empreintes digitales.

Sources:

http://www.tom.travel/2018/05/22/en-partenariat-avec-easyjet-laeroport-de-gatwick-teste-a-son-tour-la-biometrie/

http://www.air-journal.fr/2018-05-21-gatwick-et-easyjet-testent-la-biometrie-de-bout-en-bout-5199107.html

La technologie biométrique est-elle la réponse à la détection de la fraude ?

De plus en plus de banques investissent dans des techniques d’identification de pointe, telles que la technologie biométrique, dans le but de mieux protéger les utilisateurs contre les transactions frauduleuses.

Les banques, y compris HSBC, ont été amenées à adopter des régimes réglementaires plus strictes pour l’identification des clients, tels que l’utilisation de la biométrie comme exigence d’identification, car les développements technologiques ont poussé davantage de cybercriminels à se faire passer pour des clients. Des attentes plus élevées, y compris des règles sur le «connaître son client» et des règlements contre le blanchiment d’argent, ont été mis en place pour les institutions financières, alors que beaucoup augmentent leurs investissements dans la technologie et la conformité aux règlements.

Ces attentes sont de plus en plus difficiles à mettre en œuvre avec les nouvelles mesures du RGPD qui approchent à grands pas.

Les banques doivent désormais réévaluer la façon dont elles collectent les données pour identifier les transactions frauduleuses, telles que l’utilisation de la biométrie comme confirmation de l’octroi de données à partager. Traditionnellement, les banques seraient en mesure de saisir des données provenant de différentes zones afin d’identifier si le client a en réalité effectué la transaction lui-même.

Depuis lors, les technologies biométriques ont été considérées comme un moyen intégral d’identifier les individus avec précision, sans que les clients aient à entrer en magasin pour s’identifier.

Cette technologie permet aux clients et aux banques d’effectuer plus facilement les procédures de fraude d’identité. «Les progrès technologiques permettront au processus de « connaître votre client », de devenir plus standardisé et structuré. L’automatisation intelligente, l’intelligence artificielle et l’apprentissage automatique peuvent désormais tous être appliqués au processus », a déclaré Derek Ryan, un partenaire dans la pratique médico-légale de Deloitte, selon le FT.

Les développements technologiques ont conduit à déployer des logiciels d’identification pour de nombreuses banques, c’est le cas avec la protection biométrique. L’utilisation des empreintes digitales, ou même de la reconnaissance faciale ont été inclus dans de nombreuses applications bancaires aujourd’hui pour mieux protéger les utilisateurs et aider les banques à identifier les transactions frauduleuses.

De plus, l’utilisation de technologies telle que la blockchain peut également avoir un impact positif sur l’identification des clients. Le blockchain Ethos étant une plate-forme de transaction ouverte, qui affiche explicitement les propriétaires de fonds et de transactions, peut également s’avérer un avantage pour les banques d’identifier plus facilement les transactions frauduleuses.

D’autres éléments de la technologie entrant lentement dans le secteur bancaire comprennent l’utilisation de ChatBots, qui aidera à identifier et à fournir des services aux clients éloignés de la banque elle-même. Les ChatBots disposeront d’une vaste bibliothèque de données, qui aideront à identifier des clients beaucoup plus rapidement qu’un employé pourrait le faire et ainsi d’atteindre plus vite la racine du problème.

Selon une enquête, l’utilisation de la biométrie a été favorisée par les consommateurs sur l’utilisation des mots de passe, par conséquent les banques sont plus susceptibles de gagner la confiance des clients utilisant la technologie. L’utilisation de la biométrie est donc bénéfique tant pour le client que pour l’organisation, car elle facilite l’exécution de l’identification et des transactions, ainsi et représente une technique fiable pour les deux.

Le Mexique renouvelle sa confiance à Safran Identity & Security (Morpho)

De par son savoir faire et ses technologies de pointe, la compagnie Safran Identity & Security (Morpho) est reconnue dans le monde entier, preuve en est, sa place de leader sur le marché de la sécurité biométrique. Sa présence en Inde pour le projet Aadhaar pour le plus grand programme d’identité numérique au monde basé sur la biométrie, ou encore son aide dans la lutte contre la criminalité en collaboration avec le FBI aux Etats-Unis, autant de projets qui font de Safran aujourd’hui un incontournable dans le domaine de l’identification.

De ce fait, de nombreux acteurs font confiance à Safran et plus particulièrement à sa branche sécurité. C’est notamment le cas au Mexique où un contrat courant sur cinq années vient d’être signé avec l’Institut Nationale Electoral du Mexique pour son système d’identification multi-biométrique. Il faut d’ailleurs noter que ce dernier est l’un des plus vastes au monde. L’objectif principal de cette collaboration est de mettre en conformité et de tenir à jour le registre électoral national pour obtenir des élections fiables.

Pour être un peu plus précis, ce système assure la garantie que chaque électeur dispose d’une identité unique en utilisant deux types de biométrie : la reconnaissance par empreintes digitales et la reconnaissance faciale. Cette nouvelle alliance a été souhaitée par l’INE pour moderniser ce système, présent déjà depuis 2005. Ainsi, Safran Identity & Security s’engage à fournir les toutes dernières technologies biométriques qui permettront de traiter jusqu’à 10 empreintes par personne contre seulement 2 dans le passé, d’enregistrer 113 millions de captures d’empreintes et de visages. Cette solution sera mise en place pour un traitement de 120 000 opérations par jour.

La gestion des élections se révèle être un point important et stratégique pour les pays. Par conséquent, ils se doivent de garantir aux électeurs un niveau de fiabilité élevé avec un système répondant à des conditions sérieuses. Sur ces points, Safran se détache de ces concurrents.

Identification nationale : Safran Identity & Security (Morpho) s’apprête à équiper le Népal

Fort de ses compétences dans le domaine de la biométrie, le leader du marché des solutions d’identité et de sécurité, Safran Identity & Security a été choisi par le Centre National de Gestion de l’Identité Népalais (NIDMC) pour la mise en place d’un système d’identification dans tout le pays.

L’objectif étant que tous les citoyens népalais sans exception se voient assigner une preuve d’identité indéniable grâce à la mesure des caractéristiques morphologiques uniques propres à chaque individu.

De son côté, la société Safran s’est engagée vis à vis du NIDMC à fournir toutes les technologies nécessaires pour que l’identification se déroule dans les meilleures conditions, avec un niveau de fiabilité et de sécurité optimal incluant l’enregistrement des données des népalais, la factorisation biométrique et la personnalisation des cartes à puce.

Il faut noter que le Népal n’est pas le premier pays à faire confiance à Safran pour un tel projet. Le meilleur exemple reste bien entendu l’Inde qui, avec le soutien de Morpho, a lancé en Septembre 2010 le programme Aadhaar pour effectuer un recensement national. En effet, c’est un véritable succès avec pas moins d’un million d’enregistrements réalisés par jour pour atteindre en Avril 2016 un milliard d’identités digitales créées soit 17% de la population totale. Un exemple qui a surement dû influencer le choix du Népal.

Dans un contexte où la sécurité est au cœur des débats, le choix de produits fiables et de haute performance est primordial, et nombreux se tournent vers Safran comme partenaire de confiance. Ce n’est d’ailleurs pas anodin si le FBI aux Etats-Unis s’est également tourné vers Morpho pour traquer les criminels notamment avec la technologie de reconnaissance faciale.

Idemia (ex.Safran Morpho)

Identification biométrique : Morpho confirme son leadership

Les résultats des derniers tests du NIST (National Institute of Standards and Technology) sont tombés concernant la vérification d’identité 1-1 et c’est une nouvelle fois Morpho, filiale du groupe Safran, qui se place sur la plus haute marche du podium avec sa technologie d’identification des empreintes digitales qui a atteint le niveau de précision le plus haut. Morpho confirme ainsi que sa place de numéro 1 sur le marché de la biométrie n’est pas usurpée.

Le 18 Mars 2015, le NIST a divulgué les évaluations PFT II (Proprietary Fingerprint Template) qui mesure la performance du système permettant de comparer les empreintes digitales selon le mode de vérification « 1-1 ». Plus concrètement, on prend deux empreintes que l’on compare pour confirmer qu’elles appartiennent bien à la même personne. L’un des tests effectués revient à autoriser l’accès ou non à une zone sécurisée suite au scan d’un seul doigt comme peut le permettre un lecteur biométrique. Pour se faire, l’empreinte est enregistrée dans un fichier pour les personnes qui sont autorisées à accéder à la zone sécurisée, puis au moment du scan du doigt, l’empreinte est comparée à celle enregistrée dans le fichier.

Il faut bien prendre en considération que les tests effectués pour l’évaluation PFT II sont les plus rigoureux d’aujourd’hui. La première phase se résume à une simple comparaison des pouces et des index alors que la deuxième phase permet de comparer un spectre beaucoup large avec un évaluation des pouces, des index et des majeurs. Autre élément important, trois types d’impressions sont réalisées à savoir : empreintes à plat/à plat, à plat/roulées, empreintes roulées/roulées et ceux dans quatre tailles différentes.

Au final, ce sont 32 tests effectués pour cette évaluation, la précision atteinte par Morpho, via sa filiale américaine MorphoTrak, a été de 17% supérieure par rapport à son concurrent le plus proche.

Aux vues des résultats, on comprend mieux pourquoi les forces de l’ordre comme le FBI aux Etats-Unis et bien d’autres agences gouvernementales ont choisi de faire confance aux technologies Idemia (ex.Safran Morpho).