Articles

Il y a peu de temps, ce sont près de 500 millions de mots de passe Yahoo qui ont été dérobés et par conséquent des données personnelles aux mains de hackers mal intentionnés. Pour combattre ce fléau, les constructeurs et autres grandes firmes internationales s’activent à trouver des solutions, afin de mettre en place un système qui pourrait assurer une sécurité plus importante et beaucoup plus compliquée à détourner. La réponse qui ressort est que la biométrie semble être le meilleur moyen.

Par le passé, les technologies biométriques n’étaient pas forcément bien perçues par le grand public. Aujourd’hui, la polémique s’estompe. D’où vient cette soudaine démocratisation ? Le capteur biométrique TouchID de Apple a surement eu un effet positif sur les utilisateurs, c’est indéniable. D’ailleurs, Visa a publié une récente étude qui démontre notamment que deux tiers des européens sont prêts à utiliser la biométrie pour sécuriser leur paiement et plus précisément 53% considèrent que la meilleure méthode d’authentification est le scan de l’empreinte digitale. Ce chiffre n’est pas une surprise car cette manière de s’authentifier est désormais présente dans beaucoup d’applications de nos Smartphones, quelque soit le smartphone.

Cela-dit, c’est une autre technologie biométrique qui monte en puissance : la reconnaissance faciale avec le paiement par selfie comme peut le proposer aujourd’hui Safran Identity & Security (ex morpho).  Il suffit de scanner son passeport via la puce NFC et de se prendre en selfie pour s’enregistrer dans le système. Il faut noter que Samsung, géant de la téléphonie, embarque les algorithmes de Safran dans leur Smartphone depuis 2016. La société Safran Identity & Security propose également aux développeurs un kit de développement SDK pour qu’ils puissent contrôler tout le cycle de la transaction financière.

Et on peut se poser la question… Après des débuts plus que remarqués aux Etats-Unis, Apple vient de lancer en France son système de paiement sans contact, Apple Pay. Celui-ci allie technologie de communication sans fil NFC et technologie biométrique avec la capture d’empreintes digitales. De son côté, Samsung va faire appel également à la biométrie avec le scan de l’iris sur son prochain Smartphone. Ces exemples montrent que l’identification biométrique prend une place importante dans notre quotidien et que le consommateur/utilisateur s’est habitué à cette technologie sécurisée, rapide et simple d’utilisation mais malheureusement encore, en France notamment, l’Etat, et plus particulièrement la CNIL (Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés) freine son usage. Qu’est ce qu’on attend ?

Il faut reconnaître que l’avènement des Smartphones a permis cette démocratisation et force est de constater que la biométrie est aujourd’hui présente dans toutes nos poches ! L’un des atouts majeurs des solutions biométriques est leur simplicité d’utilisation. Ainsi il a été remarqué que lorsqu’on facilite la vie des utilisateurs, bon nombre d’entre eux ne se préoccupe plus de l’usage qui pourrait être fait de leurs données personnelles. D’ailleurs, la récente étude réalisée par OpinonWay montre que 76% des Français sont favorables à la mise en place de systèmes intégrant les capteurs biométriques. Dans un contexte où la sécurité des individus est au premier plan à la vue des attaques terroristes qu’a connu la France ces derniers temps, cette enquête démontre que les français sont prêts à partager certains de leurs données à des fins de sécurité.

Effectivement, il ne faut pas l’oublier, le but premier des technologies biométriques est de renforcer le niveau de sécurité. L’objectif est donc plutôt positif et c’est ce qu’il faut mettre en avant pour une meilleure acceptation encore aux yeux de Français.

Dans un contexte compliqué avec les différents événements tragiques liés aux attaques terroristes qui ont touché notamment la France et la Belgique dernièrement, assurer la sécurité des citoyens tout en les rassurant devient aujourd’hui une priorité pour les chefs de files des pays. L’un des premiers lieux sensibles où le flux de personnes est important est bien évidemment les aéroports et plus particulièrement le contrôle aux frontières.

A l’heure actuelle, ce secteur dispose pour la plupart de technologies biométriques comme en témoigne la mise en place du système PARAFE de Morpho (Safran), leader sur le marché de la sécurité biométrique, à l’aéroport de Paris ou encore, toujours par le biais de Morpho, l’installation de systèmes sans contact grâce au premier lecteur utilisant la biométrie sans contact, le MorphoWave. On peut parler également de la solution « Iris At a Distance » présente sur certains sites aéroportuaires qui permet à la fois la capture d’iris et du visage en moins d’une seconde.

Par le passé, la capture des empreintes s’effectuait par le biais d’encre et d’une pression du doigt sur une feuille de papier, une technique intrusive et contraignante qui, par conséquent, n’était pas très populaire auprès du grand public. L’évolution des procédés a permis cependant d’améliorer l’image de la biométrie, les autorités se sont aperçues des avantages que l’on pouvait en tirer lors des contrôles aux frontières notamment grâce à une authentification quasi certaine des individus.

De ce fait, il faut les outils nécessaires pour aider les autorités et rassurer les voyageurs. L’objectif étant d’établir de manière certaine et rapide si un individu est autorisé ou non à franchir la frontière. A ce jour, seule la biométrie est efficace et la multi-biométrie obtient encore de meilleurs résultats avec notamment une combinaison visage (via la photo du passeport), empreinte digitale et iris. Il devient donc quasiment impossible de duper le système, même pour les meilleurs hackers du monde. De plus, ce contrôle apporterait à de nombreux partis de réels avantages : les gouvernements (assurer la sécurité du territoire), les autorités (contrôle des frontières), les opérateurs de transport et les voyageurs (rapidité d’exécution)…

Sur un marché de la biométrie qui ne cesse de prendre de l’ampleur, Morpho, filiale du groupe Safran, a su tirer son épingle du jeu grâce à ses technologies biométriques de très haute qualité et se placer en leader sur ce marché. Preuve en est, les lecteurs biométriques Morpho sont certifiés par le FBI, nombre de leurs systèmes sont présents dans des lieux à fort niveau de sécurité tels que les aéroports. Cela fait de Morpho un acteur aujourd’hui incontournable sur le secteur de la sécurité.

Forte de ses compétences, Morpho a été choisie par Samsung SDS pour mettre en place une technologie de reconnaissance faciale pour sa solution d’authentification en ligne. En effet, Morpho, par le biais de ses développeurs, a mis au point un tout nouveau logiciel de reconnaissance faciale pouvant être installé une grande majorité des Smartphones. Ainsi, Samsung SDS a choisit d’intégrer cette solution pour sa solution d’authentification en ligne pour une mise sur le marché début 2016 et compatibles avec les appareils Samsung, Android et iOS existants.

Le véritable avantage de la solution de Morpho réside dans la fonction « liveness détection » qui permet, entre autre, de détecter si le visage présenté devant l’objectif est bien celui d’un individu vivant et non pas une simple photo pour détourner le système. Le fonctionnement est simple et dans l’air du temps puisqu’il suffit de réaliser un selfie pour que l’utilisateur soit authentifié de manière formelle et qu’il puisse accéder aux diverses applications, aux sites internet ou encore valider des achats sans avoir le besoin d’utiliser un mot de passe.

Il faut noter que Morpho n’en est pas à son coup d’essai en ce qui concerne la reconnaissance faciale car l’entreprise dispose dans sa gamme d’un lecteur biométrique utilisant ce moyen d’identification : le Morpho 3D Face Reader, qui assure, comme son nom l’indique une reconnaissance 3D du visage d’un individu, contrairement aux dispositifs 2D qu’on trouve sur le marché, et qu’ils sont facilement dupés par une simple photo…

La success story du leader mondial en technologies biométriques!

C’est une belle aventure qu’est en train de vivre la société Morpho… L’entreprise voit le jour en 1982 grâce à trois ingénieurs de l’Ecole des Mines de Paris, puis est rachetée 11 ans plus tard par Sagem en 1993 avant de devenir Morpho en 2010, une filiale du groupe Safran. Aujourd’hui, l’entreprise est leader mondial sur le marché de la biométrie, elle emploie 8600 personnes, dont 1600 en France, et son chiffre d’affaires avoisine les 1,5 milliards d’euros en 2014. Il est important de noter que l’une des forces de la société est la partie R&D qui se voit attribuer 8% du chiffre d’affaires, avec la création de produits novateurs.

Pour appuyer ce fait, il n’y a qu’à regarder l’aéroport de Changi à Singapour pour se rendre compte que ce dernier est le plus avant-gardiste du monde avec les toutes dernières technologies biométriques Morpho. En effet, les voyageurs sont amenés à utiliser le lecteur biométrique MorphoWave, dernier bijou technologique de la firme, qui leur permet de passer leur main devant le capteur d’empreintes sans contact tout en se faisant photographier les deux iris et la forme du visage. L’identification est faite de manière certaine, rapide et en limitant les risques d’épidémies grâce au sans contact (très important dans les pays asiatiques).

Preuve de la qualité des produits, Morpho a été choisie par l’un des pays les plus peuplés au monde : l’Inde. Depuis quatre ans, l’entreprise est chargée d’identifier pas moins de 1,4 milliards d’habitants. La police d’Abu Dhabi a également recours aux compétences du n°1 de la sécurité, tout comme le FBI, ou encore l’Australie pour l’équipement de matériel de reconnaissance faciale, d’empreintes digitales. Morpho participe également à la bonne mise en place des élections dans certains pays d’Afrique comme la Cote d’Ivoire pour ce qui concerne l’identification des votants.

L’ascension du petit français devenu géant ne devrait pas s’arrêter de sitôt, on parle actuellement de discussions entre la société et Microsoft pour l’équipement des anciens PC de capteurs biométriques…